L’allaitement

L’hôpital est hautement axé sur l’allaitement, et nous voulions le faire, alors on débute immédiatement les essais avec maman porteuse et bébé Charlie. Au début, les infirmières viennent nous aider pour qu’on apprenne les techniques qui facilitent la vie au bébé.

Au départ, tout s’est bien passé: Charlie acceptait bien de prendre le sein, mais elle dormait sur la job! Après 2 tétées, elle s’endormait tout le temps. Nous ne perdions pas patience, et essayons toutes les 2 heures environ de la nourrir.

Chaque infirmière a essayé de nous aider du mieux qu’elle le pouvait. C’était bien de découvrir toutes ces techniques différentes, et nous avions bon espoir que tout fonctionnerait.

Par contre après un moment, il est devenu de plus en plus clair que maman porteuse n’ayant pas encore eu sa monté de lait, bébé n’avait pas assez de bouffe pour se rassasier.

Nous devions chaque fois appeler l’infirmière quand bébé se réveillait afin de s’assurer qu’on faisait les choses « comme il faut ». Je dois avouer que cela n’aide pas trop à donner confiance en soi: c’est un peu comme se faire dire qu’on est inadéquat… mais bon, on est aussi très sage et docile quand il le faut, alors on a continué à essayer.

Mercredi soir, il y avait encore de l’espoir: bébé Charlie a pris trois boires en soirées qui ont duré au moins 15 tétées (!!) de suite.

Mais ensuite ça s’est gâté: elle s’est mise à refuser systématiquement le sein pour le reste de la nuit, piquant une jolie crise chaque fois qu’on tentait de la faire boire.

Après une longue nuit sans se nourrir, l’infirmière a pesé Charlie et nous a dit qu’elle avait perdu pas mal de poids. Nous avons alors pris la décision de passer au lait en préparation. L’allaitement c’est bien, mais il ne faut pas pour autant laisser notre ti-pou mourir de faim!

Avant de nous donner ce lait en préparation, on nous a demandé si c’était bien notre choix de le faire (ils ne prennent pas la décision, c’est un peu contre les politiques de l’hôpital on dirait). Nous avons dit que oui, et bébé Charlie a enfin pu boire à sa faim.

Pour nous donner une chance, nous lui avons donné le lait à l’aide d’un petit cup en plastique, à petite gorgée. Ainsi, le bébé ne passe pas immédiatement au biberon, ce qui permet de continuer d’essayer l’allaitement.

Les infirmières ont alors sorti toute l’artillerie lourde pour tenter de convaincre notre petite puce de prendre du lait maternel. Le concept est de rassasier Charlie avec du lait au cup, pour ensuite essayer le sein.

On a essayé le cathéter collé sur le sein, la seringue, rien à faire, bébé Charlie se choque, pique une superbe crise et repousse vivement le sein chaque fois qu’on tente de l’approcher pour un boire.

On a aussi essayé la bouteille, avec un catether et le doigt:

pict0182b.JPG

Nous avons donc pris le temps d’en discuter toutes les deux, pour décider de continuer avec le lait en préparation, tout simplement.

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire